Conseil municipal du 10 novembre 2016

empire-strikes-back

En lisant l’article du Dauphine Libéré relatant les faits marquants de ce conseil, j’ai constaté que sa brièveté était à la hauteur de l’inconsistance des débats; pour ma part, j’ai quitté la salle du conseil prématurément à 21 heures plutôt déçu (pour ne pas dire autre chose) par la tournure prise par le débat d’orientations budgétaires 2017 et les commentaires sur le rapport d’activités de la communauté de communes.

Entre la présentation de l’élu en charge des finances et le pseudo débat qui a suivi, un trou noir… Entre cette volonté d’initier un débat constructif en présentant un document précis et concis à la fois sur les grands axes 2017 et la réalité de la pertinence du débat qui aurait dû s’amorcer, quelle déception!

On ne peut pas instaurer un débat sans respect d’autrui; commençons par le b.a.-ba, quitte à passer pour un vieux c.. : le maire de Pontcharra, l’homme et sa fonction, doivent faire l’objet d’une certaine retenue pour le respect qui leur sont dû: le tutoiement, l’interpellation en cours de séance comme si on était copain ne me paraissent pas adéquats pour assurer un débat serein, nuancé et respectueux d’autrui, d’autant plus que sans barrière les propos peuvent vite déraper ou devenir discourtois; les élus méritent la même considération et se doivent d’être vigilants quant à la portée de leurs interventions.

Je reconnais à David Audebeau le mérite d’avoir préparé un document exhaustif à l’appréciation de chaque élu et surtout une présentation synthétique et claire, « abordable » par la majorité d’entre nous même si je regrette la tournure technocratique qu’il manifeste dans l’exercice .

Il a fait l’objet de critiques acerbes qui  m’ont paru injustifiées ce soir-là et ce dans le contexte du débat d’orientations budgétaires 2017. Comme il l’a indiqué en séance, il s’agissait d’un débat sur le volet politique du futur budget 2017 que nous connaissons parfaitement et de son inscription dans le contexte national et international.

Nous avons perdu les élections municipales en 2014: se référer toujours au passé constitue une marque d’immobilisme de notre part; soyons constructifs et justes dans nos critiques; nous avons certes un héritage à défendre mais n’oublions pas le cap à suivre, celui de 2020. Dénoncer les contradictions de l’équipe actuelle n’a de sens que si nous avons conscience des nôtres.

J’ose espérer que la présentation du budget 2017 en janvier prochain répondra à la demande des élus de l’opposition et peut être des autres: une transparence dans les chiffres, la volonté de se mettre au niveau de tout le monde et une pédagogie appropriée pour que tous les élus ne se sentent pas exclus d’un pré carré, l’apanage de quelques initiés…

Le politiquement correct concernant la communauté de communes me déçoit fortement: les commentaires qui ont suivi la lecture du rapport d’activités 2015 m’ont laissé pantois.

Quand un élu communautaire  aura t-il le courage de voter contre une délibération qu’il n’approuve pas? J’adresse cette question à Christophe BORG, maire et conseiller communautaire et aussi à Franck BERNABEU, élu de l’opposition et conseiller communautaire.

Cette entrée a été publiée dans MUNICIPALITÉ 2016, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.