Conseil municipal du 10 novembre 2016

empire-strikes-back

En lisant l’article du Dauphine Libéré relatant les faits marquants de ce conseil, j’ai constaté que sa brièveté était à la hauteur de l’inconsistance des débats; pour ma part, j’ai quitté la salle du conseil prématurément à 21 heures plutôt déçu (pour ne pas dire autre chose) par la tournure prise par le débat d’orientations budgétaires 2017 et les commentaires sur le rapport d’activités de la communauté de communes.

Entre la présentation de l’élu en charge des finances et le pseudo débat qui a suivi, un trou noir… Entre cette volonté d’initier un débat constructif en présentant un document précis et concis à la fois sur les grands axes 2017 et la réalité de la pertinence du débat qui aurait dû s’amorcer, quelle déception!

On ne peut pas instaurer un débat sans respect d’autrui; commençons par le b.a.-ba, quitte à passer pour un vieux c.. : le maire de Pontcharra, l’homme et sa fonction, doivent faire l’objet d’une certaine retenue pour le respect qui leur sont dû: le tutoiement, l’interpellation en cours de séance comme si on était copain ne me paraissent pas adéquats pour assurer un débat serein, nuancé et respectueux d’autrui, d’autant plus que sans barrière les propos peuvent vite déraper ou devenir discourtois; les élus méritent la même considération et se doivent d’être vigilants quant à la portée de leurs interventions.

Je reconnais à David Audebeau le mérite d’avoir préparé un document exhaustif à l’appréciation de chaque élu et surtout une présentation synthétique et claire, « abordable » par la majorité d’entre nous même si je regrette la tournure technocratique qu’il manifeste dans l’exercice .

Il a fait l’objet de critiques acerbes qui  m’ont paru injustifiées ce soir-là et ce dans le contexte du débat d’orientations budgétaires 2017. Comme il l’a indiqué en séance, il s’agissait d’un débat sur le volet politique du futur budget 2017 que nous connaissons parfaitement et de son inscription dans le contexte national et international.

Nous avons perdu les élections municipales en 2014: se référer toujours au passé constitue une marque d’immobilisme de notre part; soyons constructifs et justes dans nos critiques; nous avons certes un héritage à défendre mais n’oublions pas le cap à suivre, celui de 2020. Dénoncer les contradictions de l’équipe actuelle n’a de sens que si nous avons conscience des nôtres.

J’ose espérer que la présentation du budget 2017 en janvier prochain répondra à la demande des élus de l’opposition et peut être des autres: une transparence dans les chiffres, la volonté de se mettre au niveau de tout le monde et une pédagogie appropriée pour que tous les élus ne se sentent pas exclus d’un pré carré, l’apanage de quelques initiés…

Le politiquement correct concernant la communauté de communes me déçoit fortement: les commentaires qui ont suivi la lecture du rapport d’activités 2015 m’ont laissé pantois.

Quand un élu communautaire  aura t-il le courage de voter contre une délibération qu’il n’approuve pas? J’adresse cette question à Christophe BORG, maire et conseiller communautaire et aussi à Franck BERNABEU, élu de l’opposition et conseiller communautaire.

Publié dans MUNICIPALITÉ 2016 | Marqué avec , | Commentaires fermés

Conseil municipal du 23 septembre 2016: l’apaisement?

lechat-majorité21

Ce conseil municipal extraordinaire fait suite à celui du 15 septembre dernier qui ne l’était pas officiellement mais a marqué les esprits.

Ce conseil offre un sujet exclusif: le débat sur les orientations du PADD (plan d’aménagement et de développement durable) qui avait été reporté du fait de l’absence des élus de l’opposition lors du précédent.

Il s’agit en fait du volet politique du PLU; débat consensuel dans l’ensemble entre les élus ; il ne pourrait en être autrement puisque les différences sont minimes entre celui élaboré par l’équipe précédente de Charles BICH sous la houlette de Bernard DRECQ et le présent débattu ce jour.

A titre personnel, je constate qu’il prend en compte les orientations émises par le groupe citoyen lors de la phase de concertation qui se poursuit en octobre 2016 avec du travail sur le terrain; entre autres: limitation des futures constructions à R+2+ attique, logements sociaux répartis sur l’ensemble du territoire de la commune. densification moyenne 40 logements par hectare.

La prochaine réunion publique du 11 octobre prochain me permettra de poser quelques questions de fond, notamment sur les perspectives d’accroissement de la population sur les 10 ans à venir et sur les zones économiques.

Publié dans MUNICIPALITÉ 2016, Non classé | Marqué avec , , | Commentaires fermés

Conseil municipal du 15 septembre 2016: le malaise

 

Dès le début de ce conseil municipal, le malaise s’est emparé de moi et ne m’a pas quitté de toute la soirée, à tel point que j’avais décidé de ne rien publier à ce propos pour éviter d’en rajouter.

Mais finalement je me suis ravisé et je tiens à m’exprimer uniquement sur la forme mais il faut avant tout que je dresse le tableau sur le fond.

LE FOND

En juillet dernier, une violente altercation a opposé deux élus de la majorité municipale.

Bilan: un conseiller agressé et un conseiller agresseur.

LA FORME

Le maire Christophe BORG propose de procéder à l’élection d’un nouvel adjoint suite à la démission d’un autre sans donner d’explication sur l’origine de cette situation.

Les élus de l’opposition réagissent en s’étonnant que l’on ne puisse pas évoquer les circonstances de cet évènement et taire délibérément les causes de cette délibération. Ils sont d’autant plus agacés par cette attitude qu’ils rappellent au souvenir des élus un autre cas en septembre 2015 où une élue de l’opposition avait tenu des propos inappropriés à l’encontre du maire et sous le coup de l’émotion; ils citent le compte rendu officiel qui en avait relaté les faits marquants. Il est à noter que l’élue en question a présenté ses excuses auprès du maire lors du conseil municipal suivant.

Les élus de l’opposition souhaitent que le débat s’installe face à cette situation exceptionnellement grave et demande à maintes reprises aux élus de la majorité de s’exprimer: aucune prise de parole de leur part.

Le maire rappelle brièvement les faits:

  • altercation physique entre 2 élus en juillet dernier
  • intervention de la gendarmerie
  • dépôt de plainte de la victime
  • simple rappel à la loi à l’agresseur
  • entre temps, la lettre de démission du poste d’adjoint de l’élu concerné a été envoyée à la préfecture qui la transmise fin août à la mairie.

Le débat ne s’initiant pas, les élus de l’opposition quittent le conseil municipal.

Le maire fait reprendre le cours du conseil qui est de nouveau interrompu par un élu de la majorité qui estime que l’on ne peut pas laisser le public présent sans donner des explications et des informations; il précise que les 7 adjoints ont mis leur démission en jeu pour exiger la démission de l’élu agresseur.

L’élu agressé a donné également quelques informations sur la nature et les conséquences physiques de cette agression.

L’examen des différentes délibérations a repris et Christophe BORG a clos le conseil à 21 heures; à ce moment là, j’ai demandé la parole au maire en tant que simple citoyen; il me l’ a accordée; j’ai pu m’exprimer sur la forme de cette affaire qui concerne l’ensemble des élus:

  • je lui ai dit que je n’avais aucune critique à lui opposer sur la gestion de cet évènement et prenais acte des faits tels qu’il les avait rapportés.
  • j’ai insisté sur la situation malsaine qui en découle: en effet, l’élu concerné reste conseiller municipal et conseiller communautaire mais suis tout à fait conscient qu’il n’a pas l’autorité pour décider de l’éviction dudit élu.
  • par contre, j’ai manifesté mon désaccord quant à la façon d’avoir initié un semblant de débat pour éclairer le public présent  une fois que les élus de l’opposition aient quitté la salle du conseil alors qu’ils l’avaient plusieurs fois demandé en séance.

Tout cela n’a rien de glorieux et digne; je conviens qu’il est nécessaire de s’en tenir à une certaine discrétion car il ne s’agit pas de transformer l’agresseur en victime du fait des dommages collatéraux que l’on pourrait susciter dans sa famille.

Je ne le juge pas, je ne vais pas l’accabler davantage mais il sortirait dignement de cette impasse  en quittant ses mandats et retournant dans l’anonymat du citoyen charrapontain.

A tête reposée et après coup, il aurait été judicieux que:

  •  le maire instaure le huis clos pour que les élus puissent débattre entre eux comme il l’a déjà fait pour garantir une certaine confidentialité des propos tenus.
  • il organise en juillet une réunion informelle avec tous les élus présents pour les informer et éventuellement les associer à une position commune.

Pourquoi ce malaise?

J’attendais simplement  que les élus présents confirment leur solidarité à l’égard du conseiller municipal victime et condamnent les agissements de l’élu en cause,  solennellement, individuellement ou collectivement pour que le tout soit consigné dans le procès verbal; or, cela n’a pas été le cas…

 

 

 

 

 

 

Publié dans MUNICIPALITÉ 2016 | Marqué avec , , | Commentaires fermés

PLU atelier participatif du 13 juin 2016

atelierparticipatif2_0

 

J’ai participé au second atelier participatif du 13 juin dernier en tant qu’habitant; vous pouvez vous reporter au compte rendu ci joint:

CR_Atelier_n2-13-06-2016

J’ai participé au groupe 2 : les secteurs à développer et pour quoi (habitat, économie, commerce, agriculture…) dans et hors enveloppe existante

Le groupe 2 animé par madame THIERRY avec monsieur BATARD et monsieur LARUE a abordé la thématique du développement de la commune, sur quels secteurs et pourquoi.

Elaboration du PLU de PONTCHARRA –Atelier n°2 – 13‐06‐2016 

Après débat et discussion il a été convenu que les secteurs nord et sud est de la commune devaient être maintenus en zone agricole.

Pour le développement urbain mixte (maison, intermédiaire, logement groupés…), une priorité est ressortie pour développer Villard Noir et le relier au développement du nord de la commune par l’intermédiaire du secteur de Grignon, sur lequel un développement alliant habitats et services semble pertinent. Ce secteur sera en entrée de ville si la nouvelle liaison au-dessus de l’Isère se fait donc traitement de la façade urbaine à prendre en compte avec attention. Si Villard Noir se développe il faudra maintenir l’école et l’adapter. Une réflexion sur des emplois possibles sur le secteur sera aussi à mener.

Le souci du caractère des hameaux a été mis en avant. D’ans l’urbanisation future il ne faudra pas dénaturer les hameaux de Villard Noir et Villard Benoit.

En arrière-pensée la problématique des « Immeubles » qui créé des ruptures dans la morphologie urbaine. Un maximum de R+3 semble un seuil à ne pas dépasser pour tous les participants.

La deuxième priorité est le développement du secteur des Ages à Villard Benoit.

En ce qui concerne le logement social, il faut rééquilibrer la répartition sur la commune et donc en imposer au sud. Le mieux est d’en mettre un peu partout pour plus de mixité.

En ce qui concerne le besoin en logements destinés aux séniors, une implantation en centre-ville semble la plus pertinente, en particulier sur les terrains encore libre de la ZAC centre.

Le développement d’une « maison médicale » serait très pertinent sur la commune.

Peu d’espace se détache pour accueillir de l’économie comme la zone industrielle de Pré Brun, mais il faudrait développer l’accueil d’entreprises moins consommatrices d’espaces et plus créatrice d’emplois.

A l’est de Moulin Vieux, il faut développer de l’habitat qui gère la couture avec les tissus pavillonnaires existants.

Comme vous pouvez le constater, le projet de PLU nouveau ne dénature pas l’ancien élaboré sous le mandat de Charles BICH:

  • la zone comprise entre GRIGNON et MOULIN VIEUX est confortée comme zone à développer en terme économie avec une mixité entre économie et habitat; la démarche initiée par Charles BICH dans l’acquisition de réserves foncières est à poursuivre.
  • les secteurs de Villard Noir et Villard Benoit les Ages sont à développer en terme de réserve foncière en vue d’accueillir des nouveaux habitants avec une priorité sur le premier.
  • la densification de l’habitat est limitée par le R+3 maxi avec un équilibre entre habitat individuel, intermédiaire groupé et collectif
  • conforter l’école de Villard Noir avec une possibilité d’extension comme l’avait prévue l’équipe de Charles BICH avec la constitution d’une réserve foncière autour des locaux actuels.

 

 

Publié dans MUNICIPALITÉ 2016 | Marqué avec , , | Commentaires fermés

Conseil municipal du 23 juin 2016

DESSIN_CANTINE0108-3d695

Dernier conseil municipal avant les vacances d’été: vous pouvez vous reporter à l’ordre du jour et son procès verbal ci joint:

Note de synthèse CM 2016 06 23 ocr

cr-23-06-16-def

Je vous relate les quelques réflexions que m’inspirent les différentes délibérations examinées:

  • tarifs restauration scolaire et accueil péri-scolaire

L’élue en charge du scolaire nous présente la nouvelle tarification: des augmentations pour  les plus bas revenus surtout sur les repas de la cantine scolaire.

Cette révision de tarification est elle dictée par un choix de gestion financière ou politique? les deux certainement mais ce qui est sûr c’est qu’une telle délibération marque bien la différence en terme de solidarité entre le mandat de Charles BICH et celui de Christophe BORG.

A titre personnel, j’aurai souhaité le statu quo en la matière.

Pour la petite histoire, il faut se rappeler que pendant la campagne électorale de 2014, l’équipe Borg avait fustigé la politique tarifaire de Charles BICH qui avait institué un tarif maximal de 8,50 € par repas et un minimal de 1,50 €; dès le conseil municipal du 24 juin 2014, « conformément aux engagements électoraux, la nouvelle municipalité a décidé de modifier la tarification en vigueur et de remplacer le tarif actuel le plus élevé de 8,50 par 6,50 €.

En juin 2016, passage à 7,00 € pour le maximum et uniquement pour un coefficient familial supérieur à 1500 ,soit une augmentation de 7,7 %; à ce rythme, en 2018 7,50 et en 2020 8,00 €; une promesse de campagne dure à tenir pour les plus aisés ou une augmentation minorée en  2016 financée par une augmentation de 33 % du tarif le plus bas pour les moins aisés, soit 2 € pour les coefficients entre 301 à 600?
Pour les coefficients familiaux inférieurs à 300, le prix reste à 1,5 € et heureusement mais combien de familles sont concernées par ce prix de repas attractif ?

  • 2015 Avant 2016 après
    Coefficient familial Prix du repas Coefficient familial Prix du repas
    Jusqu’à 500 1,5 Jusqu’à 300 1,5
    De 301 à 600 2,00
    Progressif de formule de calcul qui lisse l’augmentation du prix De 601 à 900 2,5
    501 à 1300 du repas à partir de 1,5 € De 901 à 1200 4,5
    Supérieur à 1301 6,50  De 1201  à 1500 6,50
    Au delà de 1501 7,00

    Alertes syndicales sur les risques psycho-sociaux

Suite à une remarque d’un élu de l’opposition qui s’étonne que deux alertes syndicales aient été déposées, ayant trait à du harcèlement et souffrance sur le lieu de travail, le maire et l’élu en charge des ressources humaines nous font part de la situation liée à une réorganisation des services techniques qui peut susciter des craintes et des difficultés chez certains personnels concernés.

Je note que l’élu concerné semble avoir pris à sa juste mesure la situation ainsi décrite; à titre personnel, je compléterai la sujet en indiquant que les risques psycho-sociaux RPS relèvent également des compétences du médecin du travail et aussi d’un psychologue et qu’il serait judicieux de les interpeller sur les cas en question.

En attendant des informations fiables et factuelles, la prudence s’impose et je me garderai bien pour l’instant de critiquer ou de mettre en cause le management du personnel communal par les élus de la majorité.

  • information sur la situation d’un conseiller municipal délégué

Le maire Christophe BORG nous fait part de la situation de Monsieur Romain TARDY qui, pour des raisons professionnelles, ne peut plus faire face à ses prérogatives de conseiller municipal délégué au commerce; il indique par conséquent que son indemnité de délégation sera supprimée.

Soit, mais a t-il la capacité de se consacrer encore à son mandat de « simple » conseiller municipal? si non, sa démission me parait inéluctable.

Au delà du fait que je n’ai pas forcément « d’atome crochu » avec cette personne et que d’autres pourraient me rétorquer que ma position en la matière est entachée de partialité et de subjectivité, je pense qu’il est sain d’avoir un conseil municipal avec des élus qui exercent pleinement leur mandat.

 

Publié dans MUNICIPALITÉ 2016 | Marqué avec , , | Commentaires fermés